ANAMNÈSE

OISEAU JOUJOU

LES DERNIERS GÉANTS

Créations In situ

Précédents spectacles

Frontières

Théâtre d’ombres et de reflets,
parabole musicale sans paroles, retraçant le parcours d’un réfugié.

ODYSSÉE D'AUJOURD'HUI

Papiers, contrôles, barbelés, murs, camps de rétention, extrême violence d'un monde qui se protège de plus en plus contre lui-même.
Alors que les médias célèbrent les héros modernes, sportifs, navigateurs et autres alpinistes, nous croisons chaque jour sans les voir des aventuriers d'une autre trempe, Ulysses anonymes et désargentés, qui ont affronté barbelés, policiers et passeurs, bravé tempêtes et traquenards, éprouvé la soif et l'attente dans le simple but de trouver une meilleure place dans ce monde.

LA GENÈSE DE FRONTIÈRES

Imaginé en 2011, lors d’une résidence de travail en Asie du sud- est et créé en 2014 à Jakarta, Frontières est le fruit d’une longue maturation et du désir pressant de réagir à ce qui se passe sous nos yeux.
Nous avons cherché la matière commune à ces histoires de migrants, décontextualisé le récit, travaillé à une épure en s’inspirant de contes traditionnels pour leur capacité à parler de la réalité avec le recul de la métaphore et les outils du merveilleux. Nous l’avons voulu sans paroles afin qu’il soit accessible à tous, sans barrière de langue, d’âge, d’origine sociale ou raciale. Y a t-il un pays au monde qui ne soit concerné ?

Il y a trois sortes d'hommes : les vivants, les morts, et ceux qui vont sur la mer.

Aristote

PAS DE MOTS...

Le spectacle est sans paroles, la dramaturgie est ici musique, ombres et reflets. le percussionniste Francesco Pastacaldi, sur scène, interprète un thème différent pour chaque personnage ; les manipulateurs animent les silhouettes de carton ou de peau transparente et colorée et, en déplaçant leurs sources lumineuses, zooment et dézooment, effectuent des travellings et des panoramiques, dans une narration inspirée par le cinéma. Ils manipulent également des objets dans une boite optique, le Cyclope, et les reflets générés par des miroirs mous. Les scènes sont jouées tantôt devant, et tantôt derrière l’écran.

...MAIS UNE MUSIQUE ÂPRE QUI PARLE, COGNE ET RÉVEILLE.

L’odyssée de cette errance est soutenue et nourrie par un poème musical écrit sur mesure par le percussionniste et multi-instrumentiste Francesco Pastacaldi. Le texte musical est déterminant car il est le seul texte présent.
S’appuyant sur des polyrythmies, Francesco Pastacaldi a composé une musique intemporelle aux sonorités quotidiennes qui fait référence à un pays imaginaire.
Thèmes répétitifs, sonorités inhabituelles produites par des appareils fabriqués pour l’occasion, la pièce contient plusieurs thématiques musicales (celle du voyage, de la marche, de la ville, etc.). certaines parties sont improvisées pour que s’exprime la liberté et le risque de l’aléatoire propre au voyage.

DISTRIBUTION

  • Mise en scène : Anne Bitran
  • Inventions lumineuses, création des boites optiques : Olivier Vallet
  • Dessins : Martina Menconi
  • Musique, écriture et interprétation sur scène : Francesco Pastacaldi
  • Jeu : Florence Boutet, Anne Bitran et Olivier Vallet

ASPECTS TECHNIQUES

  • - Spectacle tout public dès 8 ans
  • - Durée : 1 heure
  • - Espace scénique : ouverture 8 m., profondeur 8 m., hauteur minimum sous grill : 3,10 m.
  • - Noir "cinéma" indispensable
  • - Régie lumière autonome, depuis le plateau. Puissance minimum requise : 2 x 16A
  • - Spectacle autonome techniquement. Un pendrillonage pour cadrer l’écran à 5m d’ouverture et environ 3m du nez de scène est demandé à la structure d’accueil.
  • - Jauge : 300 spectateurs maximum
  • - Fiche technique complète sur demande.

La Cie Les Rémouleurs est soutenue par la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile de France -Ministère de la Culture et de la Communication