expositions

Le Chemin des Oiseaux

spectacles

Exprojections

Installation spectaculaire et manipulation d'images

Qu'est-ce qu'une exprojection ?

Portée par les comédiens, musiciens et marionnettistes de la compagnie, installés en différents lieux du site, l'Exprojection en propose une histoire parrallèle. Utilisant plusieurs dispositifs de projection d'images originaux, les Exprojections transforment sols, façades et arbres en tableaux étonnants évoquant cette histoire inconnue mais étonnamment crédible. Les textes ciselés d'Olivier Vallet, interprétés en direct, les machines de théâtre et les boites optiques du même Olivier Vallet installées dans les espaces intérieurs, donnent lieu à de courtes formes visuelles et théâtrales, subtiles et mystérieuses, donnant corps à certains détails de cette histoire.

A mi-chemin des arts de la rue, de la marionnette et du théâtre d'ombre cette performance lumineuse et littéraire fait redécouvrir sous un angle inattendu le décor de la vie quotidienne. L'espace d'une nuit, les murs se peuplent de silhouettes animées, des histoires sont racontées au détour d'un chemin, des textes s'affichent sur le sol et les passants, et les arbres deviennent autant d'anamorphoses lumineuses parmi lesquelles le public peut déambuler.

UNE CRÉATION IN SITU

En fonction du lieu et de l'évènement, nous créons une banque d'images et de textes (et parfois de témoignages) fabriqués ou collectés par nos soins en amont et nous créons de courtes scènes, petites formes marionnettiques en lien avec l'histoire racontée. Les images sont fixes, tirées de gravures sur bois ou sur lino travaillées en grands aplats blanc sur noir, sans bord ni encadrement. Ainsi les visages ou objets représentés existent pour eux-mêmes, lorsqu'ils sont projetés sur les arbres par exemple, présences mystérieuses sorties des cadres à l’intérieur desquels nous avons l’habitude de les voir, que ce soit dans les musées, les livres ou sur les écrans.

L'installation visuelle peut être accompagnée d'une création sonore et musicale.

DES TECHNIQUES DE PROJECTIONS ARTISANALES

Les projections sur façades sont courantes de nos jours, le mapping vidéo est une technique connue de tous, spectaculaire et monumentale.

Résolument « low-tech », nous n’utilisons pas la vidéo, mais des rétroprojecteurs de forte puissance, dont la luminosité et le grain sont bien mieux adaptés à notre dessein.

Selon les projets, nous mettons également à contribution certaines de nos machines de théâtre : camera lucida, miroirs mous, miroir liquide, soap opera, qui permettent d'habiter avec pertinence certains espaces intérieurs ou extérieurs.

LES ARBRES D'IMAGES

Prenant au pied de la lettre la fameuse phrase de Marcel Duchamp « Le tableau est autant fait par le regardeur que par l'artiste », nous utilisons les arbres comme écrans.

Le public, de loin, ne voit que des feuillages éclairés. Au fur et à mesure de sa progression, des visages et des dessins vont lui apparaître dans les arbres, comme autant d’anamorphoses en volume. Chaque image se reconstitue totalement à ses yeux lorsqu’il se trouve précisément dans l’axe de la projection, soit entre le projecteur et l’arbre, soit derrière le projecteur. Suivant la disposition des arbres, à certains endroits plusieurs images lui apparaissent simultanément.

Ainsi les visiteurs sont conduits à évoluer dans le jardin, se regroupant à certains points pour découvrir les œuvres entières, ou s’en éloignant pour les voir se déstructurer ou se recomposer au rythme de leur déambulation.

Le fait de projeter sur un support non pas lisse, blanc et plat, comme le cinéma nous y a accoutumé, mais au contraire irrégulier, coloré et épais, confère aux images une apparence de volume et de profondeur. Et le moindre souffle de vent leur donne un étrange semblant de mouvement.

LES EXPROJECTIONS PARTICIPATIVES

Selon le projet de l'organisateur, nous proposons également de construire la banque d'images à projeter en ateliers de dessins ou de linogravure, libres ou en milieu scolaire.

Des ateliers de construction de lanternes en osier et papier lanterne peuvent également être organisés en amont.

Exprojections passées et futures :

LES TRÈS SACHANTES DE BEAUPORT

Et si l’abbaye de Beauport avait discrètement accueilli une société secrète de femmes, Les très Sachantes, au départ des derniers religieux, juste après la révolution ? Et si l’histoire s’était inversée, les femmes inventant ici un nouveau mode d'existence, fait de plaisirs et de savoirs partagés, de mélopées nocturnes, de rituels mystérieux et insolents ?

Lorsqu’à la Révolution les moines abandonnèrent Beauport, l’abbaye fut rapidement et subrepticement investie par des visiteuses clandestines, femmes de Paimpol et des environs, qui venaient y procéder à des cérémonies magiques.

Compagnes de marins pécheurs ou d’ouvriers, servantes ou paysannes, ou même bourgeoises ou commerçantes, elles s’étaient constituées en société secrète, Les Très Sachantes, et venaient y interroger passé, présent et avenir, parfois même y confectionner des sortilèges pour tenter d’améliorer leurs incertaines situations.

Nous avons retrouvé certains des dispositifs utilisés dans leurs rituels occultes : miroirs liquides et boîtes optiques, dont quelques-uns nous attendaient, intacts, dans les greniers de l’abbaye.

Ces dispositifs seront présentés les étés 2022 et 2023, lors de soirées au cours desquelles le public, suivant un itinéraire balisé, pourra les découvrir en fonctionnement, avec les explications de guides amateur.e.s éclairé.e.s. Complices de cette soirée et profondément attaché.e.s au lieu et à ses mystères, ielles en ont une connaissance amoureuse.

Vos yeux s’habituant peu à peu à l’obscurité, cependant que la nuit descend doucement, laissez-vous mener par les dernièr·e·s descendant·e·s des Très Sachantes de Beauport. Ielles vous raconteront ces femmes ayant occupé nuitamment l’abbaye pendant plus de 100 ans, dans le plus grand secret. En leur compagnie, vous découvrirez ce passé réinventé, peuplé de silhouettes animées comme par magie, de récits oubliés et d’archives méconnues surgissant des murs de l’abbaye. Même les arbres se métamorphosent et dévoilent d’envoûtants visages.

Avec Gallia et Julien Vallet, Anne Bitran, Florence Boutet, Olivier Vallet, Gildas Etevenard, Léa Taupin, associés aux bénévoles de l'Herbe Folle et autres amoureux de l'abbaye : Ariane Bulliard, Pierre Dheilly, Dorian Dombray, Florence Laude, Delphine Lestage, Gérard Loncle, Michelle Loncle, Elisabeth Mandart, Dimitri Markovitch, Michèle Masson, Dominique Mullner, Franz Mullner, Jacques Munier, Brigitte Pouillart, Laurence Rombaut, Philippe Rombaut, Annie Claude Sanchez, Aude Ségur, Martine Tacheau, Pierre Toullec, Emmanuelle Trocheris.