Aller au contenu principal

LES DERNIERS GÉANTS

LES DERNIERS GÉANTS

Carnet de voyage et cabinet de curiosités d’Archibald Léopold Ruthmore

Adaptation sur scène du chef d'oeuvre de François Place, création : automne 2019

Théâtre d'ombres, de reflets, de papier et de matières vivantes et sonores impalpables

« C'est au cours d'une promenade sur les docks que j'achetai l'objet qui devait à jamais transformer ma vie : une énorme dent couverte de gravures étranges. L'homme qui me la vendit en demandait un bon prix, prétextant que ce n'était pas une vulgaire dent de cachalot sculptée, mais une " dent de géant "... »

/galleries/spectacles/DerniersGeants/GeantDeFace.jpg

UN CONTE INITIATIQUE SUR L’ACCEPTATION ET LE RESPECT DE L’AUTRE.

Nous sommes au 19ème siècle, dans une Angleterre en pleine révolution industrielle. Au cours d’une promenade sur le port, un savant érudit et curieux, Archibald Léopold Ruthmore, achète une dent de géant entièrement gravée. En examinant les gravures, il déchiffre ce qui ressemble à une carte de géographie, la carte du « pays des géants ». Il part aussitôt à la recherche de ce peuple mystérieux et lointain. Ainsi commencent bien des découvertes...

Tout en respectant l’univers de François Place, les Rémouleurs mettent en scène cette histoire à l’aide des techniques originales qui ont fait leur réputation : marionnettes, ombres, écrans géants de papier, boites optiques... afin de partager ce conte avec le plus grand nombre. Ils mettent alors en perspective certaines problématiques contemporaines : l’aveuglement et la vanité des hommes, la destruction par l’homme du bien commun, les effets inattendus et désastreux de la science et du savoir...

INTENTIONS DE MISE EN SCENE

Monter Les Derniers Géants de François Place est pour moi très émouvant. Ce livre nous accompagne en effet depuis sa sortie en 1992 et je l’ai lu à mes enfants dès leur plus jeune âge un grand nombre de fois ! Sa très grande qualité littéraire, tant du point de vue du style que de la dramaturgie, la beauté et le mystère se dégageant des aquarelles, la richesse des questions philosophiques et éthiques soulevées par l’histoire en ont fait l’un de nos livres de chevet, auquel il est doux et nécessaire de revenir aux différentes étapes de nos existences. Le livre se suffit à lui-même, on pourrait donc s’interroger sur la pertinence de le mettre en scène. A travers notre interprétation scénique, nous chercherons à partager avec le plus grand nombre, sans distinction d’âge, et notamment avec ceux qui ne lisent pas de livres, la beauté de la langue et des illustrations de François Place et les questions posées par l’histoire d’Archibald Leopold Ruthmore, savant passionné mais aveuglé par son ambition personnelle. Tout en respectant l’univers de François Place, nous mettrons nos machines de théâtre et notre univers visuel au service du conte, afin d’en augmenter la ‘profondeur de champ’, de le mettre en perspective avec certaines problématiques contemporaines (la perte de l’essentiel, la vanité et l’aveuglement des hommes, les destructions par l’homme du bien commun, la science comme source de progrès, mais aussi, dans ses applications, comme danger pour l’humanité et la planète). Anne Bitran

TECHNIQUES UTILISEES, SCENOGRAPHIE

  • Trois grands écrans de papier kraft huilé et armés (≃ 2,50/2,50m) flottants verticalement au dessus du plateau et pouvant être disposés de diverses manières : en angle pour figurer par exemple le cabinet de travail d’Archibald Léopold Ruthmore ou les uns derrières les autres pour donner de la profondeur à un paysage par exemple. Ils pourront également évoquer les voiles du bateau et la tempête, mais aussi, plus tard dans le récit, ils pourront être modelés – grâce à leur armature en fil métallique souple – et évoquer les silhouettes des géants. Ces écrans accueilleront les projections des univers traversés par Archibald Léopold Ruthmore durant l’expédition, mais aussi la texture changeante de la peau des Géants, les cartes de voyage… Les projections viendront de techniques d’ombres chinoises et de rétroprojection.
  • techniques de théâtre d’ombre, rétroprojection d’images et de matières.

Côté cour, à la manière des spectacles de marionnettes birmans, prendra place le set d’instruments de musique utilisé par le musicien, ainsi que l’espace du narrateur. Celui-ci aura près de lui deux machines de théâtre ‘de son invention’ qui lui permettront d’illustrer son témoignage :

  • un cyclope/camera lucida doté d’un petit écran pour permettre à Archibald Ruthmore/Olivier Vallet de montrer par exemple la dent de géant du début de l’histoire, mais aussi feuilleter son carnet d’aquarelles pour illustrer et corroborer son récit.
  • un film de savon dansant (‘Soap Opera’, d’après les travaux de Florence Elias (Laboratoire Matières et Systèmes Complexes, Université Paris Diderot) – dernière machine de théâtre créée par Olivier Vallet, métaphore de son état intérieur, mais aussi matérialisation de la ‘musique céleste’, des ‘chants de sirène’ des géants …

EQUIPE DE CREATION : 7 personnes. En tournée : 4 personnes

Mise en scène : Anne Bitran, assistée de Gallia Vallet Inventions lumineuses, création des boites optiques : Olivier Vallet Dessins : Gallia Vallet Construction des marionnettes, accessoires, éléments de décors, scénographie : Anne Bitran, Gallia Vallet, Bérénice Guénée, Florence Boutet, Olivier Vallet Création musicale : Benjamin Colin et Francesco Pastacaldi Création lumière : Anne Bitran

Jeu et équipe en tournée (4 personnes): - Olivier Vallet - Anne Bitran / Bérénice Guénée (en alternance) - Gallia Vallet / Florence Boutet de Monvel (en alternance) - Francesco Pastacaldi / Benjamin Colin (en alternance)

ASPECTS TECHNIQUES (EN CONSTRUCTION)

  • Quatre personnes en tournée
  • Spectacle tout public, à partir de 6 ans
  • Durée : plus ou moins 1 heure
  • Jauge : 200 spectateurs maximum dans une salle gradinée
  • Espace scénique : ouverture 8m x profondeur 8m x hauteur 3m50 minimums
  • Fond de scène noir obligatoire
  • Régie lumière autonome, depuis le plateau

PRODUCTION (au 19/11/2017)

une co-production Les Rémouleurs / DRAC Ile de France / Ville d’Argenteuil / Conseil Départemental du Val d’Oise / la Méridienne, scène conventionnée de Lunéville / le Théâtre du Champ au Roy, Guingamp / Le Petit Echo de la Mode, Chatelaudren.


/images/logos/spedidam.png

LA SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées.


La Cie Les Rémouleurs est soutenue par la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile de France -Ministère de la Culture et de la Communication

CALENDRIER DE CREATION

Création à l’automne 2019 au théâtre du Figuier Blanc d’Argenteuil (date à préciser). Périodes de répétitions et de résidences : - du 12 au 25 février 2018, travail sur table et premiers essais et tests - du 9 au 22 avril 2018 - du 11 au 24 juin 2018 - du 1er au 14 octobre 2018 - deux semaines entre janvier et mars 2019 - du 17 au 23 avril 2019 : résidence de création et répétitions publiques à Lunéville, avec la Méridienne - entre mai et septembre 2019, présentations du travail en cours, répétitions publiques à Argenteuil et à Lanvollon. - entre septembre et novembre 2019 : création des Derniers géants à Argenteuil.


Les aquarelles sont de François Place